Julien Bernard-Recherche et enseignement en philosophie.

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Exposé "Les expériences de pensée de Galilée"

E-mail Print PDF
There are no translations available.

Galilée, l'infini et les infinitésimaux

Le sujet précis et sa forme seront déterminés librement par le groupe d’exposé, en collaboration avec leur tuteur. Le texte qui suit ne constitue qu’une piste, que les étudiants et le tuteur ne sont en aucun cas obligés de suivre.

Julien B

Galilée et les expériences de pensée

Le rôle de l'expérience a été maintes fois souligné dans la physique de Galilée.

L'expérience intervient cependant chez Galilée sous des formes diverses qu'il s'agit de distinguer. Parfois, il s'agit d'une simple observation passive, comme quand Galilée raconte avoir découvert l'isochronisme du pendule en voyant osciller un lustre d'Eglise. Parfois, au contraire, il s'agit d'une véritable expérimentation, au sens de la mise en place d'un protocole expérimental, savamment préparé, où l'expérimentateur contrôle finement la variation des paramètres, et limite certaines propriétés gênantes (frottements, etc.). Parfois encore, il ne s'agit pas d'une expérimentation effectivement réalisée par Galilée (ou d'autres), mais d'une expérience simplement faite "en pensée". Une "expérience de pensée" est une expérience que l'on ne réalise pas effectivement, mais seulement en imagination.

Quelle fonction peut bien jouer une "expérience de pensée" dans l'argumentation visant à fonder une théorie physique?

Parfois il s'agit d'une expérience qui pourrait être effectivement réalisée (comme dans les expériences de pensée de Galilée, vues en cours, du navire voyageant de Venise à Alexandrie, ou dans l'expérience avec les papillons, les poissons, etc dans la soute du navire). Dans ce cas, l'expérience n'a pas à être faite car le résultat de l'expérience fait appel à des connaissances communes, renvoyant à des expériences similaires que tout un chacun à déjà fait au moins une fois en sa vie. Parfois, la raison pour faire appel à une expérience de pensée est plus subtile, comme dans un cas du type "Que se passerait-il si on faisait tomber une plume et une pierre dans le vide?". Ici, l'expérience de pensée ne renvoie à aucune expérience réelle qui puisse effectivement être menée. L'expérience de pensée est alors un acte intellectuel par lequel nous nous projetons dans une situation (sur cet exemple: le vide) qui n'existe pas réellement dans la Nature. C'est un "cas idéal", une "idéalisation". C'est un processus intellectuel classique de la pensée physique, qui trouve sa justification dans le fait qu'on puisse faire une série d'expériences concrètes qui puissent s'approcher "à la limite" du cas idéal.

Ce groupe d'exposé aura en charge de sélectionner dans les textes de Galilée plusieurs expériences de pensée, de les analyser et de bien mettre en avant leurs fonctions dans la pensée du savant italien.

On pourra se limiter à aller chercher des expériences de pensée dans les deux grands textes de Galilée (Dialogue sur les deux grands systèmes du monde, et Discours sur deux sciences nouvelles). Certaines (certaines seulement) des expériences de pensée étudiées pourront être identiques  à celles vues en cours (sur l'idée de relativité et l'idée d'inertie).

Last Updated on Tuesday, 06 April 2021 20:58  

Research on this website