Julien Bernard-Recherche et enseignement en philosophie.

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

La nature est-elle un livre écrit en caractères mathématiques?

E-mail Print PDF
There are no translations available.

La nature: un livre écrit en caractères mathématiques?

Le sujet précis et sa forme seront déterminés librement par le groupe d’exposé, en collaboration avec leur tuteur. Le texte qui suit ne constitue qu’une piste, que les étudiants et le tuteur ne sont en aucun cas obligés de suivre.

Julien B

Dans son écrit l'Essayeur (Il saggiatore), Galilée écrit une phrase devenue célèbre, qui va marquer l'histoire des sciences:

La philosophie est écrite dans cet immense livre qui se tient toujours ouvert devant nos yeux, je veux dire l'univers, mais on ne peut le comprendre si l'on ne s'applique d'abord à en comprendre la langue et à connaitre les caractères dans lesquels il est écrit. Il est écrit en langue mathématique, et ses caractères sont des triangles, des cercles et autres figures géométriques, sans le moyen desquels il est humainement impossible d'en comprendre un mot.

Par la présente affirmation, Galilée est-il le précurseur d'une physique radicalement nouvelle, la physique mathématisée, ou bien renoue-t-il au contraire avec l'antique pythagorisme qui voyait dans les objets mathématiques les éléments de toutes choses?

Comprendre finement la place des mathématiques dans la philosophie de la nature de Galilée passe par plusieurs tâches complémentaires:

- Comprendre et méditer les passages où Galilée s'exprime lui-même sur la question de la place des mathématiques dans la philosophie de la nature (passages de l'Essayeur mais aussi du Dialogue sur les deux grands systèmes du monde et du Discours sur deux sciences nouvelles).

- Comprendre l'influence sur la pensée de Galilée de ses grandes figures de références qui sont des mathématiciens (Platon, Euclide, Archimède).

- Comparer la manière dont Galilée comprend la place des mathématiques dans la physique, par opposition à Copernic et Kepler (qui reprennent quant à eux explicitement, et de manière assumée, un héritage pythagorisant). (=>Aller voir le texte de Galilée, dans la première journée du Dialogue sur les deux grands systèmes du monde, où Galilée oppose un "bon" pythagorisme (mathématisation de la physique) à un mauvais "pythagorisme" (numérologie...).

- Analyser les textes de Galilée où il précise la manière dont les mathématiques peuvent approcher le réel par complexification progressive de la théorie, en partant de situations idéales éloignées du réel. Cette méthode d'approche pas à pas du réel, par une mathématique qui prend en compte progressivement de plus en plus de facteurs, s'oppose au point de vue des aristotéliciens qui interdisaient par principe l'application des mathématiques aux phénomènes terrestres complexes, par l'argument de l'imperfection de la matière composant le sublunaire. On comprend que la thématique de la mathématisation de la physique, chez Galilée, est corrélée à la question cosmologique. L'éclatement de la prétendue frontière entre monde sublunaire et monde supralunaire entraine une révolution dans l'épistémologie de la physique.

Last Updated on Tuesday, 06 April 2021 20:57  

Research on this website